dimanche 27 septembre 2015

Et nous pourrons nous libérer...


L'Estaca ("Le pieu") est un chant traditionnel catalan composé par Lluis Llach en 1968 durant la dictature de Franco. C'est un appel à l'unité pour rejeter l'oppression et retrouver la liberté. En hommage à la Catalogne, en ce 27 septembre 2015 (on peut relire à cette occasion le billet publié le 9 novembre 2014).

L'ESTACA
L'avi Siset em parlava
De bon mati al portal
Mentre el sol esperàvem
I els carros vèiem passar.
Siset, que no veus l'estaca
On estem tots lligats ?
Si no podem desfer-nos-en
Mai no podem caminar !
Si estirem tots, ella caurà
I molt de temps no pot durar,
Segur que tomba, tomba, tomba
Ben corcada deu ser ja.
Si tu l'estires fort per aqui
I jo l'estiro fort per allà,
Segur que tomba, tomba, tomba
I ens podrem aliberar.
Però, Siset, fa molt temps ja :
Les mans se'm van escorxant,
I quan la força se me'n va 
Ella és més ampla i més gran.
Ben cert sé que està podrida
Però és que, Siset, pesa tant
Que a cops la força m'oblida.
Torna'm a dir el teu cant :
Si estirem tots, ella caurà
I molt de temps no pot durar,
Segur que tomba, tomba, tomba
Ben corcada deu ser ja.
Si tu l'estires fort per aqui
I jo l'estiro fort per allà,
Segur que tomba, tomba, tomba
I ens podrem aliberar.
L'avi Siset ja no diu res,
Mal vent que l'emporta
Ell qui sap cap a quin indret
I jo sota el portal
I mentre passen els nous vailets
Estiro el coll per cantar
El darrer cant d'en Siset,
El darrer eue em va ensenyar.
Si estirem tots, ella caurà
I molt de temps no pot durar,
Segur que tomba, tomba, tomba
Ben corcada deu ser ja.
Si tu l'estires fort per aqui
I jo l'estiro fort per allà,
Segur que tomba, tomba, tomba
I ens podrem aliberar.

 







LE PIEU

Grand-père Siset en parlait ainsi
De bon matin sous le porche
Tandis qu’attendant le soleil
On regardait passer les chariots.
Siset, ne vois tu pas le pieu
Où nous sommes tous ligotés ?
Si nous ne pouvons nous en défaire
Jamais nous ne pourrons avancer !
Si nous tirons tous, il tombera 
Cela ne peut durer longtemps 
C’est sûr qu’il tombera, tombera, 
tombera 
Bien vermoulu, il doit être déjà.
Si tu le tires fort par ici 
Et que je le tire fort par là 
C’est sûr il tombera, tombera, 
tombera 
Et nous pourrons nous libérer
Mais Siset ça fait longtemps déjà  :
Mes mains à vifs sont écorchées,
Et alors que mes forces me quittent
Il est plus large et plus haut.
Bien sûr, je sais qu’il est pourri
Mais aussi Siset, il est si lourd
Que parfois les forces me manquent. Rechante moi ta chanson :
Si nous tirons tous, il tombera 
Cela ne peut durer longtemps 
C’est sûr qu’il tombera, tombera, 
tombera 
Bien vermoulu, il doit être déjà. 
Si tu le tires fort par ici 
Et que je le tire fort par là,
C’est sûr il tombera, tombera, 
tombera 
Et nous pourrons nous libérer. 
Grand-père Siset ne dis plus rien,
Un mauvais vent l’a emporté
Lui seul sait vers quel lieu
Et moi je reste sous le porche.
Et quand passent d’autres valets
Je lève la tête pour chanter
Le dernier chant de Siset,
Le dernier qu’il m’a appris.
Si nous tirons tous, il tombera 
Cela ne peut durer longtemps,
C’est sûr qu’il tombera, tombera, 
tombera 
Bien vermoulu, il doit être déjà.
Si tu le tires fort par ici 
Et que je le tire fort par là,
C’est sûr il tombera, tombera, 
tombera
Et nous pourrons nous libérer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire